Ah Shakespeare ! En nous asseyant dans cette cour d’une école primaire, devant un castelet, nous nous demandons à quelle nouvelle version de ce chef d’œuvre intemporel qu’est Hamlet, nous allons assister. Et bien, il s’agit tout simplement d’une symphonie marionnettique interprétée par un orchestre de deux virtuoses de la musique, du détournement d’objets et du jeu théâtral. Nous partons pour quarante-cinq minutes de totale folie avec un comédien exalté qui va attribuer à ses objets : une théière, une fourchette, une rose en plastique..., le rôle de leur vie, et à côté bien plus calme, voir impassible, un musicien qui tiendra également le difficile rôle de technicien du spectacle.

La Cie Elvis Alatac tient parfaitement la gageure de réduire de 4 heures à 45 minutes la pièce du dramaturge anglais. Le rythme est enlevé, la manipulation des objets parfaitement maîtrisée. Le scénario conserve les moments clés de l’histoire avec pour unique but d’emmener un public vers le terrible destin du royaume du Danemark. Le chemin utilisé est celui de l’humour, un burlesque irrésistible, qui va entraîner dans son sillage des spectateurs de tout âge ravis et conquis. Un grand moment de spectacle vivant mêlant les bienfaits d’une hilarité salvatrice et la découverte d’un chef d’œuvre du théâtre classique.




Il y a quelque chose de pourri, variation hamlétique
On ne peut pas tromper une personne mille fois…
Elvis Alatac
Création 2013
Avec : Pier Porcheron et Thierry Champaloux

Le site de la compagnie

sepanim.gif